Question/Réponse avec notre candidat

Retrouvez ici toute les interviews réalisées à l'occasion de nos derniers bulletins. C'est aussi l'occasion pour vous de poser des questions à J. Hajjar, ou bien de lui transmettre vos commentaires. Il y répondra avec plaisir.

Votre question ou commentaire

Les Réponses

Jérôme HAJJAR, vous êtes candidat aux Municipales, qui êtes-vous ?

 

Bonjour, je suis Jérôme HAJJAR, marié et père de deux enfants. Je suis français, Républicain, laïc, apolitique et, à titre privé, de religion chrétienne. Depuis 25 ans, je suis chef d’entreprise sur le MIN et l’ICADE et j’habite Rungis depuis 1996. Élu au conseil municipal de 2008 à 2014, puis candidat en 2014, mon fort intérêt pour notre ville me conduit à briguer de nouveau le mandat de Maire pour 2020.

 

Lors des Municipales 2014, vous vous êtes alliés au 2nd tour avec la liste « Union pour Rungis. » Pourquoi ?

 

Effectivement, notre liste Rungis Avenir s’est alliée au 2nd tour avec elle. Notre alliance, élaborée sur des projets majeurs pour notre ville, a été réalisée sans reniement de nos propositions et hors des contingences politiques nationales.

 

Votre liste battue, avec Annie Casalta, vous avez démissionné du Conseil municipal. Pourquoi ?

 

Étant donné la répartition des sièges au Conseil municipal, la voix des élus de l’opposition reste inaudible. Rungis n’a pas fait exception à cet usage peu démocratique et répandu ; aussi, nous ne voulions pas servir de caution à des décisions péremptoires. Pour autant, pendant ces cinq années, Rungis Avenir n’a pas cessé de travailler. En témoigne la publication de nos 20 bulletins précédents...

Jérôme HAJJAR, à ce jour, où en est votre liste Rungis Avenir ?


Notre équipe travaille assidûment depuis cinq années et nous avons choisi de donner la priorité à nos propositions. Le temps venu, nous présenterons les femmes et les hommes prêts à servir les Rungissois et non à servir leurs intérêts personnels.


Vos premières propositions sont ambitieuses ? Sont-elles réalisables ?


Nos propositions ont été mûrement réfléchies et étudiées. Les investissements s’y rapportant seront adaptés aux besoins des Rungissois en accord avec les autorités compétentes (département, région, Métropole du grand Paris).


Si vous êtes élus, pourrez-vous concilier vos activités professionnelles avec celles d’un Maire ?

Si les Rungissois me font confiance, je prendrai mes dispositions pour être un maire de terrain à l’écoute de ses habitants, un maire à 100%. Je n’aurai que Rungis à défendre et les Rungissois à servir.

Jérôme HAJJAR, que proposez-vous en matière d’écologie ?


Il nous semble essentiel de se préoccuper et d’agir localement pour l’écologie. Nous souhaitons que les Rungissois se sentent concernés par notre projet et nous voulons que nos écoliers puissent, le plus possible, manger sainement et bio. C’est tout à fait réalisable avec le développement de circuits-courts à Rungis…


Poursuivrez-vous la construction du Conservatoire ?


La construction d’un nouveau Conservatoire est une nécessité pour nos musiciens, professeurs et élèves. Le projet est lancé mais nous adapterons les dépenses des aménagements à venir.

Que pensez-vous du marché de Noël actuel dont vous êtes l’initiateur ?


En 2008, j’ai mis en place ce marché de Noël en associant les commerçants et les restaurateurs de la ville. Aujourd’hui, bien que ce marché soit apprécié des habitants, les commerçants rungissois se plaignent de concurrence. Je pense qu’il faut mieux les
associer.


Si vous êtes élu, poursuivrez-vous la politique d’urbanisation de votre prédécesseur ?


Non, beaucoup d’immeubles sont construits ces derniers temps à Rungis et 250 logements verront bientôt le jour sur la plaine de Montjean-Est (1ère tranche de construction). Le quota de logements sociaux est de l’ordre de 21% aujourd’hui. Le quota légal minimum, fixé à 25% par la loi SRU (Solidarité Renouvellement Urbain), sera atteint. Rungis approchera les 8 000 habitants. Nous pensons qu’il est temps de marquer un temps d’arrêt à cette frénésie de construction et d’expansion de la ville.


L’un de vos bulletins décrit la ville comme un désert médical. Pensez-vous pouvoir y remédier ?


Oui, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour attirer de nouveaux praticiens afin de répondre aux besoins d’une population vieillissante qui a besoin de soins à proximité de son lieu d’habitation. N’oublions pas les nouvelles technologies comme la téléconsultation.

Jérôme Hajjar, Que faut-il vous souhaiter pour 2020 ?


Nous souhaitons tous que Rungis redevienne la ville que l’on aime. Pour réaliser ce vœu, il faut améliorer le quotidien des Rungissois. Pour y réussir nous avons présenté dans nos précédents bulletins (21 à 24) des propositions simples, réalistes et sans démagogie.


Si vous êtes élus, que pensez-vous faire pour réduire la fiscalité locale ?


A Rungis, nous avons les taux des impôts et taxes foncières les plus bas du département. Par contre, la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (T.E.O.M.) a très fortement augmenté en 5 ans de 2014 à 2018 (+34%). Pendant la même période, l’impôt foncier bâti et la taxe d’habitation accusent une hausse de l’ordre de 20%. Si les Rungissois nous font confiance, nous travaillerons à faire baisser ces impôts et taxes.


Avez-vous pensé aux employés municipaux ?


Bien sûr. Rien, à Rungis, ne pourrait fonctionner sans eux, que ce soit les services fonctionnels de la Mairie (secrétariat, comptabilité, service financier, crèches, cantines etc..) mais aussi les services techniques. Ce sont eux qui font vivre Rungis. Je pense d’ailleurs les aider à créer une association des anciens employés municipaux de la commune pour garder toujours le lien.

©2019 par Alexandre SANTIAGO

06 13 91 85 80